<br />
<b>Notice</b>:  Undefined variable: alte in <b>/data/sites/contribuablesfrancais.org/htdocs/fonctionnement/header.php</b> on line <b>14</b><br />

Nicolas Miguet candidat à la présidence de l’AMF

Communiqué 
Le 23 juin 2017

Nicolas Miguet,
candidat à la présidence
de l’Autorité des Marchés Financiers
pour en arrêter les dérives
et la réformer.


Nicolas Miguet a écrit à Monsieur Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances et à la Direction générale du Trésor afin de déposer sa candidature à la présidence de l’Autorité des Marchés Financiers(ci-joint la copie du courrier), conformément à l’appel à candidature lancé par la Direction générale du Trésor.

Sa candidature s’inscrit dans une démarche de dénonciation des limites de cette institution, à la fois dans les connivences avec le système financier et la mise en place de règles et leur application, de même que les enquêtes, les relations avec les entreprises cotées et les relations avec les épargnants.  Il s’agit également d’une démarche de proposition de réformes, notamment en ce qui concerne le vote en Assemblées générales et d’éviter les manipulations nombreuses constatées actuellement.

Nicolas Miguet a lui-même été confronté à cette caricature qu’est devenue l’AMF.

En décembre 2010, l’AMF lui avait infligé iniquement 500.000 euros de sanction (sans l’avoir même entendu, sic) pour avoir vendu indirectement (il n’a pas de compte titre personnel, via la société éditrice de ses journaux) autour de 2,50€ la moitié des titres Le Bélier détenus par QPE SA, qui valent désormais 46€ et plus, à ses lecteurs, et en l’accusant de « déloyauté envers ses lecteurs » (sic : zéro plaignant, vu que les acquéreurs d’actions Le Bélier sont à presque +2.000% de profit).  Si ces titres avaient été conservés par Le Quotidien de Paris Editions , cette société aurait réalisé un profit de presque trois millions d’euros… laquelle somme a été gagnée par ses lecteurs. Déloyauté ?

L’AMF lui a réclamé en avril 2014, la somme exorbitante de 600 000 d’euros pour un prétendu « manquement tiré du défaut d’information du public sur l’existence d’éventuels conflits d’intérêts ». Ce manquement est fortement contestable puisque l’AMF elle-même reconnaît que « Nicolas Miguet n’a […] réalisé aucun profit grâce à la diffusion de ses recommandations ». Là encore, Nicolas Miguet n’avait pas un seul titre personnellement, juste via la société éditrice des journaux qu’il édite.  De surcroît, pour représenter les actionnaires en AG et les défendre, il convient d’être soi-même actionnaire, ce qui N’EST PAS UN CONFLIT D’INTERET et ENCORE MOINS UNE INFORMATION CACHEE.

Pour Nicolas Miguet, il est clair que c’est  l’opposant politique et le défenseur des petits actionnaires qu’on veut faire taire. Aussi Nicolas Miguet souhaite rendre toute son indépendance à l’AMF et la recentrer sur son rôle de régulateur des marchés financiers et non celui d’instrument dévoyé au service du grand bankstérisme, avec une porosité de personnels qui laisse supposer que des conflits de carrière et/ou d’intérêts sont en cause dans les décisions prises par l’AMF, institution qui n’est pas respectée par ses homologues étrangères de ce fait.

Nicolas Miguet connaît particulièrement bien la politique, l’économie et les marchés boursiers, fort de 35 années d’expérience professionnelle dans le domaine.

Diplômé de Science Po Paris, section Service Public (promotion 1984, celle de Florence PARLY), Nicolas Miguet est journaliste en presse économique et financière depuis 1982. Il a créé et édite des publications financières : la lettre La Bourse depuis février 1987 et l’Hebdo Bourse Plus depuis avril 1999.  Ces publications vivent sans aucune recette publicitaire ni actionnaire externe, ni crédit bancaire ou abonnements de soutien. Le succès durable de ces journaux est une preuve de leur qualité.

 Président du RCF depuis février 1999, il a coalisé avec succès les actionnaires individuels d’Eurotunnel en 2004, puis il a fondé en 2005 l’ARARE, laquelle est devenue la principale association de défense des actionnaires individuels par le nombre d’adhérents, très active dans le cadre de la représentation dans les AG.