Le samedi 18 janvier 2014, le RCF tiendra sa convention nationale "municipales 2014 » et recevra, à l’occasion d’un dîner-débat, Madame Nathalie Kosciusko-Morizet

Le samedi 18 janvier 2014, le RCF tiendra sa convention nationale "municipales 2014 » et recevra, à l’occasion d’un dîner-débat, Madame Nathalie Kosciusko-Morizet.

Le Rassemblement des contribuables français (présidé par Nicolas Miguet, ancien candidat de la société civile à la Présidence de la République, 495 parrainages de maires) a publié fin novembre 2013 sa “Charte du redressement des finances publiques” en cinq engagements (voir ci-après).

Le Rassemblement des contribuables français tiendra à huis clos ce samedi 18 janvier 2014 une « Convention nationale municipales 2014 » avec la participation effective de nombreux élus qui viendront témoigner de la gestion concrète des communes, en application des priorités du RCF, contre les gaspillages et la surfiscalisation, contre la bétonisation de notre territoire, pour la défense d’un environnement multiséculaire et des emplois dans cette « France des terroirs et du bon sens ».

S’en suivra un dîner-débat au Novotel Charenton, 5 place des Marseillais 94200 Charenton le Pont (métro 8 station Liberté), à 20h00, avec la présence effective de Madame Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate de l’alternance à Paris, qui viendra présenter ses orientations pour Paris et surtout répondre aux questions des participants.

Nicolas Miguet : «Il ne faut pas oublier, que l’enjeu majeur des élections municipales se trouve dans la récupération par la société civile du pouvoir de gérer ses propres affaires, de réduire les gaspillages, de préserver notre environnement» .

« Naturellement, le RCF aura un rôle éminent dans ce scrutin, à travers ses candidates et ses candidats mais aussi les nombreuses expériences réussies de ses élus sortants. Ensemble, nous ferons entendre la voix du bon sens et de la France réelle, celle du renouveau des valeurs de la République. »


La “Charte du redressement des finances publiques, mandat 2014-2020”
et ses 5 points a déjà été soumise à la signature des plus de 36.500 maires et à des milliers de têtes de listes de France, par courrier personnel :


1. Je m’engage à ne pas augmenter les impôts locaux durant le mandat et, si possible, de baisser la fiscalité locale au rythme de 2% par an.

2. Je m’engage à plafonner la dette communale et intercommunale à son niveau actuel et, si possible, d’en faire baisser le montant de 10% au moins en six ans.

3. Je m’engage à privilégier les investissements destinés à réduire la consommation énergétique des locaux publics et/ou à développer les énergies nouvelles, afin, au bout du mandat, de réduire d’un tiers la consommation énergétique communale et intercommunale.

4. Je m’engage à relocaliser au maximum les achats communaux et intercommunaux au profit des commerces et artisans locaux, et, dans la mesure des limites du code des marchés publics, à privilégier le “fabriqué en France” dans les achats des collectivités pour lesquelles j’ai une influence budgétaire.

5. Je m’engage, pour les cantines communales, à privilégier ou à faire privilégier par le prestataire délégué, les produits locaux et de saison dans l’élaboration des menus des cantines scolaires.