<br />
<b>Notice</b>:  Undefined variable: alte in <b>/data/sites/contribuablesfrancais.org/htdocs/fonctionnement/header.php</b> on line <b>14</b><br />

Nicolas Miguet révèle les enjeux financiers dissimulés derrière « Notre-Dame-des-Landes ».

Le 26-11-2012

Nicolas Miguet, ancien candidat de la société civile à la Présidence de la République (495 parrainages de maires) avait dénoncé dans son programme (110 propositions pour la prospérité populaire) le projet de construction d’un nouvel aéroport entre Nantes et Rennes. Le Rassemblement des Contribuables Français se bat contre la bétonisation de notre territoire, pour la défense d’un environnement multi-séculaire et des emplois dans cette « France des terroirs et du bon sens ». Nicolas Miguet, qui préside le RCF, a été récemment interviewé sur Kernews FM. http://www.kernews.com/index.php/l-invite-du-jour/163-notre-dame-des-landes-un-gachis-ecologique-un-gaspillage-d-argent-public-un-scandale-politique

Nicolas Miguet y a notamment déclaré : « Au contraire de ce qui est actuellement affirmé, à savoir que le projet de nouvel aéroport ne coûtera que 44% d’un investissement d’environ 600 millions € aux finances publiques, il faut ajouter « l’environnement » de cet aéroport. Les dessertes routières et ferroviaires à construire vont non seulement détruire 16.000 à 20.000 hectares de terres agricoles en plus des 1.600 hectares annoncés, mais coûteront entre 1,5 et 1,8 milliard € en dépenses supplémentaires pour les collectivités publiques. En tout, l’addition sera d’environ 2 milliards €, une somme colossale en ces temps où la dette et les déficits ne le permettent pas ».

Interrogé sur les raisons de l’obstination du PS local, soutenu par les chambres consulaires et l’UMP sur ce dossier, Nicolas Miguet a dénoncé : «Il ne faut pas oublier, pour comprendre, que l’enjeu majeur se trouve dans la récupération par la spéculation immobilière des 600 hectares occupés par l’actuel aéroport de Nantes, idéalement situés près du périphérique nantais et proches de l’agglomération. Outre la valorisation des zones industrielles proches, la seule récupération de ces 6 millions de m2 vaut 900 millions € et la construction de logements chics, de centres commerciaux et de bureaux va créer 7,5 milliards € de profits chez les promoteurs et les spéculateurs, qui ont déjà misé sur ‘le coup d’après’ » .

« Naturellement, le RCF dénonce les violences qui sont exercées contre l’opposition populaire et de bon sens à ce projet aussi inutile que coûteux. Le RCF soutient les paysans attachés à la défense de leurs terres, de leurs paysages, de leurs emplois. Ensemble, nous ferons entendre la voix du bon sens et de la France réelle, celle du renouveau des valeurs de la République. »