Rassemblement des Contribuables Français
• Page d'accueil
• Contactez-nous
L'actualité du Rassemblement des Contribuables Français
• Communiqué de Jean-Pierre LECOQ et Nicolas MIGUET
• Eléments de réflexions avant dimanche, le "bloc-notes" de L'Hebdo Bourseplus n°891
• Présidentielle : Le RCF appelle à voter François Fillon
• Nos affiches diffusées partout en France
• Deux nouvelles affiches de campagne
• Nicolas Miguet interviewé par TV Libertés : " Le candidat des 50 000 clochers "
• Nicolas Miguet candidat à la présidentielle 2017
• Présidentielle : Nicolas Miguet en Une de La Dépêche
• Toute l'âme de la France, programme 2017
• Les affiches de campagne
• Constitution de la VIème R.F.
• Poursuivre la mobilisation pour Fillon
• Appel à voter Fillon
• Primaire de la Droite et du centre
• Ils s’appelaient Eugène, Séraphin, Albert et Quentin.
• Eric Woerth trouve des idées neuves dans l’Hebdo Bourse Plus
• Départementales 2015 - Tout faire pour stopper le déclin actuel
• Départementales 2015 - Le Pack Miguet : l'alternative au Front
• Les 10 priorités pour 2017
• Départementales 2015 - Un pack de choc dans le Sud de l'Eure
• Nicolas Miguet interviewé par le Bien Public
• Une interview "au vitriol" de Nicolas MIGUET au journal La Dépêche de vendredi 9 mai 2014
• Article de Nicolas Miguet dans la lettre "La Bourse" parue hier matin sur bourse.fr... Décision de l'AMF en réponse, le soir ... Coincidence ?
• Affaire BELVEDERE : l’AMF condamne injustement Nicolas Miguet à la somme faramineuse de 600 000 euros !
• Samedi 26 avril, dîner-débat du RCF
• Le RCF appelle à voter NKM à Paris et pour les candidats anti-socialistes.
• La réaction de Nicolas Miguet suite à la séance de la commission des sanctions de l'AMF
• La nouvelle affiche du RCF
• Nicolas Miguet répond sur RMC aux propos diffamatoires d'Anne Hidalgo.
• Nicolas Miguet réaffirme sa non-appartenance au collectif Jour de colère.
• Le Figaro fait le point sur la polémique autour de l'affiche créée par Nicolas Miguet
• Nicolas Miguet s'invite dans la campagne municipale de Paris
• Nicolas Miguet répond à un article du site du HuffPost
• Nicolas Miguet répond aux propos de SOS Racisme
• 2 nouvelles affiches contre la politique de PS
• Dîner-débat avec Nathalie Kosciusko-Morizet (vidéo)
• Des dizaines de cadres à la convention nationale de 2014.
• Manifestation unitaire le 19-01-2014 à Paris (vidéo)
• La France, sans l’avoir décidé, est devenu un pays socialisé.
• Nos affichages ont de l'impact
• Le bon sens fait entendre sa voix
• Les livres de Nicolas Miguet
• Communiqués de Nicolas Miguet
• Revue de presse
• Galerie Photos
• Les archives
Qui sommes-nous ?
• 481 formulaires reçus en 2012
• En 2007 : 453 maires parrains
• Qui est Nicolas MIGUET ?
• Un parti révolutionnaire
• Aucun accès aux grands médias
• Un travail de terrain
• Le but du R.C.F.
• Des candidats aux élections
• Des idées simples et de bon sens
• L’emploi pour tous
• Gérer utilement
• Moins d’impôts
• Des solutions aux problèmes
• Le fonctionnement du R.C.F.

Partager cette page



110 propositions pour la prospérité populaire (Page 33)
Télécharger le programme du R.C.F. au format pdf

Titre 4 : La France doit protéger son environnement rural, ses paysages, son patrimoine.

Redonner sa fierté de nourrisseur « raisonné » à notre monde agricole.

On estime qu’il y a, actuellement, 600.000 exploitants agricoles encore en activité en France. Plus de 20%, soit entre 120.000 et 140.000, sont des « travailleurs pauvres ». Plus de 50.000 agriculteurs français ont rempli des demandes d’inscription au RSA, majoritairement dans le secteur laitier, au cours de la fin de l’année 2010 et des huit premiers mois de 2011. Il est évident que la course au machinisme et à l’agrandissement est un échec patent. Le modèle hyper productiviste qui leur a été imposé depuis le Ministre de l’agriculture, Jacques Chirac, est un fiasco. Les citadins, qui veulent payer de moins en moins cher leur alimentation, sont choqués par les scandales comme le dioxyde dans le poulet, l’affaire de la vache folle, dans la viande rouge, les pesticides dans les légumes, les hormones dans le lait… Nos paysages sont défigurés, les algues vertes polluent certaines plages bretonnes. Les Français sont inquiets et, ils incriminent les agriculteurs au lieu de mettre en cause le système qui les a poussés à spécialiser exagérément leur agriculture et à la standardiser. On a obligé les terroirs à s’adapter à un faible nombre de variétés de semences, les prairies et la production laitière à se concentrer sur une race unique de vaches, qui produit un lait abondant, comportant surtout, beaucoup d’eau et que l’on déshydrate pour faire du lait en poudre ! Le monde agricole a été poussé à investir fortement un capital colossal par emploi effectif, qu’il s’agisse des terres, des bâtiments agricoles, des matériels (tracteurs…). Les revenus se sont effondrés, ils sont compensés par la mendicité ou par des subventions. La grande distribution, qui n’a absolument jamais pris en compte les agricultures régionales et les spécificités des terroirs, est, également responsable de cette uniformisation des goûts et des productions, par obligation. Le RCF préconise donc la mise en place d’une taxe carbone qui incitera l’ensemble du secteur distributif à s’approvisionner localement. Pour améliorer la conservation de l’eau, le RCF propose de réintégrer l’intégralité des parcelles actuelles par des haies et de constituer des réserves d’eau par récupération, en recréant, notamment des mares ou des étangs. La France importe, actuellement, les trois quarts des protéines végétales pour l’alimentation animale (soja…), comme pour les humains (pois chiches, haricots, fèves…), productions que nous avons abandonnées. Le RCF préconise une politique de prix réels, soutenus, permettant une rémunération du travail agricole, avec une nouvelle diversification des plantations, avec, notamment, la possibilité que chaque agriculteur puisse fabriquer, lui-même, ses semences. Les protéines destinées à l’alimentation animale sont importées actuellement, comme le soja, souvent transgénique, qui provient du Brésil ou d’Argentine. Il conviendra d’inciter à la culture plus intensive de luzerne, de trèfle, de lotier, de sainfoin…, les protéines végétales riches en azote. Le RCF considère que le but de l’agriculture française est de nourrir la population française par priorité, avec des produits de qualité, correctement payés pour les exploitants. Cette nourriture ne doit pas être une source d’importation d’engrais azotés de synthèse, coûteux en énergie fossile, importés sous forme de gaz naturel russe et norvégien notamment. La politique préconisée par le RCF vise à une diminution rapide et drastique des intrants, des pesticides (objectif moins 90% en dix ans), et une recombinaison de l’agriculture et de l’élevage. Celle-ci permettra de fabriquer du fumier grâce à l’élevage des animaux sur des pailles, au lieu de fabriquer du lisier qui pollue les nappes phréatiques et qui génère les disfonctionnements que nous connaissons, notamment actuellement en Bretagne ou en Ile-de-France. Le RCF préconise la généralisation des appellations d’origine protégée, avec une certification comme pour le bio. Les agriculteurs ne doivent plus être rémunérés par des aides directes, qui les obligent à consacrer un temps considérable en paperasse, mais par des prix garantis. Les consommateurs peuvent accepter d’acheter leurs produits à un prix normal, sains, et garants de paysages préservés. Il est assez étonnant de voir que, dans un pays où l’on considère que la cuisine fait partie de notre culture, on se bat pour l’exception culturelle pour la littérature, le cinéma… et notre exception culturelle pour notre gastronomie et pour nos produits n’est pas préservée du tout. Il y a cinquante ans, l’alimentation représentait 30% du budget des ménages. À ce jour, ce chiffre est compris entre 12 et 15%. L’agriculture française doit abandonner sa mentalité de subventions et de mendicité et recouvrer son honneur grâce à un service public d’entretien de nos paysages, d’alimentation nutritive, qualitative et gustative. Les traités sur les échanges internationaux doivent être amendés ou dénoncés s’ils ne peuvent être amendés. N’oublions pas que les seuls avantages comparatifs de l’agriculture française sont les produits à haute valeur ajoutée comme les vins, les alcools forts (cognac, armagnac, calvados…), les fromages d’appellation d’origine protégée… L’agriculture française doit prendre un virage, il sera puissant au niveau des emplois, pour le bénéfice de la Nation entière. Il est possible, en dix ans, de créer entre 200.000 et 250.000 emplois nouveaux, dans une agriculture redimensionnée et accrochée, de nouveau, à ses terroirs.


Page 33

<< Page 32    Page 34 >>

Retour Page 1 - Page Index


Mentions Légales - © Rassemblement des Contribuables Français (R.C.F.) - 1999/17